Bienvenue!

bulldogAlors vous songez à vous offrir la compagnie unique et merveilleuse d’un petit bouledogue français ? Vous n’allez pas être déçu.
Et en tant que propriétaire d’un boule, vous ne serez pas en mauvaise compagnie !
En effet,
(texte tiré d’un article non signé de la revue Top Dog de juillet-août 2003).

Et en effet, le bouledogue fut le chien favori des écrivains Colette et Mac Orlan, du peintre Toulouse-Lautrec, de la chanteuse Mistinguett, du roi Edouard VII d’Angleterre, et plus près de nous, de Coluche et Yves St Laurent.
Mac Orlan disait de lui : «Les chiens me semblent très différents selon les races: le bouledogue, le petit bouledogue français est un chien si l’on veut, c’est plutôt ce qu’on appelle quelqu’un »
Cela rejoint Colette qui disait toujours : « J’ai plusieurs chats, 3 chiens et un bouledogue ».
C’est sans conteste Colette qui en a parlé le mieux et avec le plus d’amour. Elle le décrit ainsi: « Charmant ange noir, crapaud carré, front de penseur, saucisson à pattes, gueule d’assassin sentimental, mon chéri, mon trésor ! A cinq ans, il conserve son âme enfantine où tout est pur, même le mensonge. Son coeur de bull cardiaque est toujours près d’éclater, mais il n’éclate pas. Il soupire mystérieusement comme son frère le crapaud, cet autre camard bringé aux beaux yeux. »

Elle traitait amicalement son chien de « petit crapaud sympathique » et disait aussi d’eux : « le bouledogue n’aime au sens pur, total du mot, qu’une seule race d’animaux, la nôtre ».

Elle en avait fait le personnage principal, Tobi-chien, de son roman Dialogue de Bêtes ou’ entre autres elle lui fait dire :
« Te voilà! Enfin, enfin! Je m’ennuie tant sans toi! Si tu veux m’emmener toujours, partout… je te suivrai, heureux, mon nez fervent au raz de ta jupe courte»
Voilà bien la définition la plus délicieuse et la plus exacte du petit bouledogue français. Un chien de compagnie éperdument amoureux de la race humaine